Accueil // Les danses // Autres Danses

Les danse la mode ou en ligne

Autres danses, proposées lors de stages ou pendant les cours de danse de groupe :

 

Salsa cubaine & rueda

 

 

Salsa portoricaine

 


Boston

Le boston :

À Paris, à Londres et ailleurs, cette danse a eu énormément de succès dans les salons de danse fin XIX début XXème.

Son succès avait plusieurs origines : c'était une danse reposante (après la polka ou la valse), élégante, facile à apprendre (plus facile que la valse, notamment).

Comme un bon nombre de danses, le boston se heurte aux chefs religieux du XIXe siècle. Elle est toutefois acceptée, à la condition que la main de l'homme, qui doit tenir la taille de la femme, soit pudiquement enveloppée dans un gant ou, qu'au moins, elle tienne un mouchoir afin que ce contact jugé si osé soit moralement plus acceptable. C'est une valse plus lente que la viennoise mais où les danseurs peuvent ajouter de nouvelles figures.

Importé en Europe par la colonie américaine dès 1867, le boston a un immense impact auprès du grand public à la fin du XIXe siècle en raison de son exécution relativement simple. Si le boston est toujours pratiqué outre-Atlantique, l'Europe lui a donné un nouveau visage. C'est entre 1920 et 1930 qu'un groupe de professionnels britanniques développe, entre autres, la valse anglaise pour en faire une danse sportive. Le rythme est peu à peu ralenti pour s'adapter aux ballades et aux chansons d'amour qui font le succès de nombreux compositeurs du XXe siècle. C'est ainsi que la valse anglaise acquiert douceur et tendresse, et la poésie et le repos qui donnent à ses danseurs cette élégance particulière.

  

Le Bolero :

Le bolero est à l'origine une danse de bal et de théâtre à 3 temps, apparue en Espagne au XVIIe siècle. En 1780, le maître à danser de Charles III Sebastián Lorenzo Cerezo le codifie et lui donne ses lettres de noblesse à la scène, participant ainsi à la naissance de la danse académique espagnole, l'"escuela bolera".

En 1795 le boléro connaît une vraie "vogue"

L'origine étymologique du boléro reste incertaine : pour d'aucuns le mot fait référence au chapeau ou au gilet que portaient les Andalous, pour d'autres il désigne le danseur de bolas (boules), mais l'origine la plus vraisemblable paraît être le surnom de "Volero" (le danseur volant) qu'on donnait à Sebastián Cerezo.

Le Boléro de Maurice Ravel est une musique de ballet pour orchestre en do majeur composée en 1928. Mouvement de danse au rythme et au tempo invariable, à la mélodie uniforme et répétitive

Le boléro cubain :apparaît à la fin du XIX siècle dans la province d'Oriente

Il peut être dansé de diverses manières. L'une d'entre elles utilise beaucoup les figures du tango, mais avec un pas de base différent

Le bolero mexicain le plus célèbre est sans doute Besame Mucho composé par Consuelo Velasquez en 1941.

 

Le Mambo

 

est d'origine cubaine avec des racines haïtiennes voisine de la salsa, mêlant les rythmes de la Rumba et du Swing, en utilisant la batterie de Jazz..

Il a connu un très grand succès dans les années 40, le mambo est particulièrement apprécié sur le continent américain (1960). Les partenaires sont en position fermée (type latine).

Une "hypothèse" veut que le nom mambo soit originaire d'Haïti. Mambo ferait référence à une princesse vaudou qui s'adonnait à des rituels dansés au son de musiques vaudous.

Sons style Le mambo fut considéré comme une version jazz de la rumba cubaine, ressemblant beaucoup au cha-cha-cha, en fait, c'est le mambo qui est à l'origine du cha-cha-cha.

Son plus proche parent est le Danzon, qui fût introduite à Cuba par des Haïtiens fuyant la révolution.

En 1938, Orestes Lopez composa un Danzon intitulé "Mambo" qui se terminait par une improvisation sur un rythme rapide. Arcaño (leader du groupe dont Orestes Lopez faisait partie) modifia aussi quelque peu la composition instrumentale habituelle des groupes jouant du Danzon), créant ainsi ce qui devait rapidement être connu sous le nom Danzon-Mambo.

Le manbo doit aussi son existence à la musique créée par l'artiste cubain Perez Prado en 1943. Ce style musical alliait les sons du jazz au rythme cubain pour créer un son jazzé.

En 1949 sont disque "Qué Rico El Mambo & Mambo N°5" provoque la "mambomania aux Etats Unis.

Ainsi, la danse fut inventée avec un pas " tenu ", et connut un grand succès dans les années 50

Enfin précisons que cette musique, telle qu’on la connaît aujourd’hui, est le fruit de nombreux raffinements qui ont eu lieu notamment en Amérique du Nord, à qui l’on doit l’introduction d’instruments provenant du jazz.

 

Le WCS (West Cost Swing)

 

Le balboa

 

 

Le boogie

 

Le twist

 

Le Charleston

Danse née chez les Noirs des États du Sud des États-Unis. La ville de Charleston (Caroline du Sud) lui a donné son nom.

Le charleston est à l'origine de la plupart des danses modernes, construites sur les rythmes négro-américains et dans lesquelles les figures improvisées tiennent une place importante. Sous sa forme théâtrale, le charleston fut dansé pour la première fois au New Amsterdam Theatre de New York le 20 octobre 1923, par Ned Wayburn (revue The Follies) le Charleston prend son essor à New York dans les rues de Harlem. En 1925, Robert Ciel le faisait connaître au public parisien (1ère Revue nègre, au Théâtre des Champs-Élysées, avec les débuts de Joséphine Baker). Le charleston devint alors une danse de société à 4 temps, où les temps forts sont accentués (aujourd'hui, les danseurs auraient tendance à accentuer les temps faibles, 2e et 4e).

Peu avant les années 1930, le Charleston devient une danse plutôt réservée aux salles de danses. Quelques années après, la crise économique mondiale fit que la population des classes ouvrières lui tourna le dos. Le charleston perdu alors sa signification.
Le charleston se danse seul, en couple ou en groupe, sur les rythmes endiablés du jazz. Il est à l'origine de la plupart des danses modernes et se fonde principalement sur l'improvisation, avec parfois des mouvements acrobatiques inspirés des danses africaines et antillaises.

 

Le madison, Le disco, Le reggae

(danse en ligne)

Le madison fait partie des nombreuses danses en ligne créées dans les années 60 comme le twist, le hully-gully ou la pachanga, il est simple d'accès et se danse en groupe. Chacun tente de se synchroniser au groupe. Il s'agit d'une danse sans contact qui se pratique en ligne, seul ou en couple, et qui a démarré à Philadelphie en 1960. L'auteur du madison original est un américain ancien mineur, Al Brown, qui a sorti le titre The Madison (son premier disque) avec son groupe, les Tunetoppers. En France, on a commencé à danser la madison durant l'été 1962 alors que les États-Unis le dansent déjà depuis 1960. Il y a d'ailleurs une séquence de madison assez longue dans le film West Side Story (réalisé par Robert Wise en 1961) et ce film a naturellement participé à la diffusion de cette danse dans l'hexagone.

La java

 

La polka

est une danse originaire de Bohême (actuelle République tchèque), à deux temps, de tempo assez rapide, aux rythmes bien articulés.
Si son nom (ou la déformation de son nom) peut faire penser à une référence polonaise, le mot polka en fait vient du tchèque půlka (moitié ou demi), décrivant le pas chassé (demi-pas) servant de base à la danse. Dérivée de plusieurs danses (nimra, bourrée, écossaise, scottish...), après Prague en 1835, puis Vienne en 1839, c'est à partir de Paris en 1840 qu'elle se répand dans l'Europe entière. Danse de couple effectuant un mouvement circulaire, la composante principale en est le pas de polka. De nombreux manuels, articles et publications des maîtres de danse ont circulé, et la polka a rapidement gagné toutes les couches de la population, des milieux bourgeois aux plus populaires. Tout au long du XXe siècle, comme pour beaucoup de danses folkloriques, les erreurs musicologiques, les amalgames simplistes, les querelles stériles, les confusions identitaires... vont dénaturer la polka qui tombera en désuétude.